Pensée du jour 119 : Le père Noël est une ordure

novembre 30, 2008

– Ca n’est que des bonnes choses hein ! C’est du cacao de synthèse avec de la margarine et de la saccharose aussi.
– Je ne sais pas si vous avez remarqué Thérèse, mais il y a une espèce de deuxième couche à l’intérieur !
– C’est fin, c’est très fin, ça se mange sans faim.
– C’est une fabrication artisanale.
– Oui effectivement, on a un petit peu l’impression que c’est fait à la main quoi…
– Oui, oui, oui, C’est fait à la main, c’est roulé à la main sous les aisselles.

– Bonhomme en retard, liaison dans le tiroir.

– Une serpillère ! C’est formidable Thérèse, je suis ravi, écoutez…
– Non pierre, c’est un gilet.
– Ah oui ! Ah bah bien sûr, ah bah et alors bien sûr c’est un gilet : il y a des trous plus grands pour les bras. Alors… Je suis ravi, Thérèse. Je suis… Vraiment je suis ravi !
– Et point de vue coloris parce que… j’avais pensé à un joli camaïeu de bleu marine comme je sais que vous aimez bien, puis je me suis dit dans ces tons là, ça changera.
– Vous avez tout à fait raison Thérèse parce que le gris et bordeaux ça va avec tout alors, vous ne risquez pas de vous tromper.
– Et puis c’est une chose qui n’est pas commune et que vous ne verrez pas chez tout le monde.
– Mais j’espère bien Thérèse, J’espère bien. Ecoutez, si vous saviez ce que ça tombe bien : je me disais encore hier soir qu’il me manquait quelque chose pour descendre les poubelles.

– Je ne vous jette pas la pierre, Pierre, mais j’étais à deux doigts de m’agacer.

– Qu’est ce qu’il se passe, ma … ma veste est pleine de Cambouis…
– Où est-ce que vous vous êtes taché comme ça Monsieur Boisseau ?
– Je vous présente toutes mes confuses !
– Vos confuses… Vous n’imaginez pas que je vais réveillonner chez Castel avec ça ? Mais qu’est ce que c’est cette matière, c’est, c’est de la merde ?
– Non, non, c’est Klug !

– Tenez M. Prescovic, Nettoyez. Parce qu’imaginez qu’un chien vienne à manger ça, y pourrait être malade. Non, j’veux dire, à cause des bouts d’verre.

– Non, non, le village est gentil là, mais… C’est l’intervention de cette grosse femme, c’est un p’tit peu… Enfin c’est… Ça va très loin…
– Oui, mais, c’est, c’est là que je me rends compte que malheureusement, je vous ai beaucoup moins bien réussie que le porc.

– Y’a un monsieur qui a appelé et ben y voulait enculer Thérèse !
– Oui mais c’est un ami !

– Éboueur, ça vous va ?
– Hé dites donc ! Pourquoi pas ramasser les poubelles tant qu’vous y êtes ? Ça va pas non ? Non, non, on va mettre autre chose, on va mettre euh… Oh, bah vous avez qu’a mettre burelier.
– Pardon ?
– Burelier, celui qui travaille dans les bureaux.
– Ah oui, vous voulez dire buraliste ?
– Mais non Buraliste ça bosse dans un tabac. Mais vous êtes complètement abrutie vous hein ?

– Donnez-moi un morceau de cette chose longue et molle…

– Ecoutez Thérèse, je n’aime pas dire du mal des gens, …mais effectivement elle est gentille…

– Votre gueule Thérèse, votre gueule !

– Non mais c’est des querelles d’amoureux ça, vous êtes marié ? Vous ne vous êtes jamais disputé avec votre femme vous ?
– Oui, mais jamais à coup de fer à souder !
– C’est parce que vous n’êtes pas bricoleur, c’est tout…

– Mais je vous en prie. Figurez-vous que Thérèse n’est pas moche. Elle n’a pas un physique facile… C’est différent.

– J’ai bientôt fini avec mes petits lépreux de Jakarta. C’est tout la Croix Rouge ça ! Ils me demandent de faire des gants à trois doigts. Vous croyez pas que j’aurais pas plus vite fait de faire des moufles !

– Si vous pouviez faire levier, je pourrais m’introduire !

– Il m’écrase la pomme des dents.

– Ca dépend, ça dépasse !

– Oui, je vois difficilement comment j’aurais pu avoir moins de chance qu’en recevant une balle dans le pied, mais si vous connaissez pire, faites-moi signe !

– Allô, Détresse Amitié, Joyeux Noël !
– Allô ?
– Oui, joyeux Noël monsieur.
– Joyeux Noël. Je vous appelle parce que c’est mon dernier Noël.
– C’est cela, oui.
– Je suis atteint de leucémie et je vais mourir dans deux mois.
– C’est cela oui…
– Et comme je suis seul ce soir, j’aimerais souhaiter un joyeux Noël à une femme…
– Eh bien monsieur, c’est une… C’est une très belle preuve de courage que vous nous donnez là. Je vous passe ma collaboratrice.
– Joyeux Noël, enfin si je puis m’exprimer ainsi…
– Comment vous appelez-vous ?
– Je m’appelle Thérèse.
– Je t’encule Thérèse ! Je te prends, je te retourne contre le mur, je te baise par tous les trous, je te défonce ! Je te mets, Thérèse !

écriture : Balasko, Chazel, Clavier, Jugnot, Lhermitte, Moynot, Poiré

le_pere_noel_est_une_ordure0

Publicités

Photo insolite : Les Cénobites…

novembre 30, 2008

p2

Ce terme désigne plus spécifiquement les religieux des premiers siècles de la Chrétienté.


Dessin : Prescription médicaments…

novembre 30, 2008

medics


Photo insolite : Ciel, son mari !

novembre 29, 2008

amant


Pensée du jour 118

novembre 29, 2008

« Ce qu’il y a d’enivrant dans le mauvais goût, c’est le plaisir aristocratique de déplaire. »
(Baudelaire)

« Je suis capable du meilleur et du pire, mais dans le pire, c’est moi le meilleur. »
(Coluche)

« La route de l’excès mène au palais de la sagesse. »
(William Blake)

4


Dessinateur : Edika

novembre 29, 2008

Édika, de son vrai nom Édouard Karali, est un dessinateur et scénariste français de bandes dessinées humoristiques, né le 17 décembre 1940 à Héliopolis en Egypte.

edika-01

Il a tout d’abord travaillé dans la publicité, en Égypte, et a déménagé en France lorsque ses premiers dessins furent publiés dans Pilote, Charlie Mensuel et Psikopat (le magazine de son frère, Paul dit Carali, qui est également dessinateur).

edika-02 edika-03

Il est principalement connu pour ses nombreuses contributions au magazine Fluide Glacial.

edika-04 edika-05

Edika se spécialise dans l’humour non-sens, avec une bonne dose de scatologie et de sexe. Dépourvues de scénario et improvisées case par case, ses histoires se caractérisent aussi fréquemment par une absence volontaire de chute, l’incapacité supposée d’Édika à trouver une chute satisfaisante étant elle-même prétexte à gags.

edika-06 edika-07

Édika aime se mettre lui-même en scène dans ses histoires, sous la forme très caricaturée de Bronsky Proko et de sa famille (sa femme Olga, son fils (Paga)nini et sa fille Georges). Son chat, le fameux Clark Gaybeul (en référence à Clark Gable), est également un personnage extrêmement récurrent. Ce dernier porte tout le temps des slips de marque « Grande Barque », en référence à une célèbre marque de sous-vêtements Petit Bateau. Bon nombre d’histoires se passent au sein même de la rédaction de Fluide Glacial.

edika-08

edika-09


Dessin : Régime…

novembre 29, 2008

regime