Décrivez la dialyse en quelques mots clés…

Texte d’un camarade ancien infirmier de mon centre de dialyse. Il aborde, via un questionnement concernant les ressentis de la dialyse vus du côté soignant et patient, une réflexion sociologique assez intéressante et qui mériterait un développement.

« Une occasion de comprendre l’évolution des soins à l’œuvre depuis mon départ, je corrige : l’involution, et de constater un fait saisissant mais pas si surprenant.

Comparaison d’une liste de quelques mots pour décrire la Dialyse, demandée à Marjorie, infirmière en dialyse, comme à Daniel ensuite, patient de la Dialyse d’Athis-Mons, qui, lui, les a classés selon deux critères, positif/négatif :

Marjorie, infirmière :

Machine – Rein – Sang – Ligne – Piqûre – Patient – Fistule – Cathéter – Chute (tensionnelle) – Malaise – Crampe – Blouse – Gants – Équipe – Salle – Bruit – Alarmes – Manutention – Cartons – Chronique – Pansement – Caillot – Circuit : 23 mots.

Daniel, patient :

Positif : Survie – Traitement – Suppléance – Prise en charge – Adaptation – Autonomie – Responsabilité – Soulagement – Acceptation – Organisation – Éducation – Contrôle – Exemplarité – Courage – Force de caractère

Négatif : Obligation – Chronique – Maladie – Régime – Soif – Contraintes – Malaises – Examens – Médicaments – Hospitalisation – Effets secondaires – Fil à la patte – Manque de liberté – Répétitions – Galère – Douleurs – Dépendance – Dépréciation de soi – Avenir ? : 34 mots

Saisissante et limpide vision technique et techniciste du côté soignant, avec un vocabulaire décrivant objets et contraintes pratiques de travail.

Et sensible, émotionnelle du côté patient : la matérialité d’un corps dépendant d’un traitement à vie occupant quatre heures tous les deux jours, et les conséquences sur ce corps et cet esprit, unité qui expérimente, pense, vit, survit, souffre, endure, profite, apprend, se questionne. Evolue, trouve des stratégies, fait face, résiste, se fortifie.

Un aussi simple questionnaire serait la base d’un travail de sociologie qui serait assez éclairant sur les pratiques de soin, et cela ouvrirait de belles perspectives en matière de formation et de sensibilisation des soignants. Non que les actuels soignants sont insensibles. Mais que leur enseignement et leur charge de travail actuels ne les disposent pas à de telles préoccupations pourtant fondamentales, essentielles, économiquement rentables mêmes : une meilleure prise en charge, c’est du temps et des moyens de gagnés. »

Clément

dialyse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :