Au jour le jour : Et une de plus !

avril 21, 2019

Aujourd’hui notre Bouzou fête 73 ans au chrono ! Né le dimanche de Pâques et baptisé un 14 juillet !

Monique Bouzou


Au jour le jour : Arpajon, sa vie, ses mœurs…

avril 11, 2019

Comme de coutume, voici les réflexions de mon épouse, promeneuse solitaire dans l’attente de mes rendez-vous hospitaliers !

« Quand on arrive en ville… » Bon, les Bouzou ne font pas spécialement peur à voir. Quand on arrive dans une ville vers 7 ou 8 h du matin, ce qui fait peur à voir c’est le désert. Rien, tout est clos, les rideaux de fer font obstacle à notre besoin de voir. Certes, Arpajon est une ville moyenne du Sud de l’Essonne. Inutile de dire que nous ne venions pas en touristes. Non ! Pour Bouzou, les ratiches délicates ne souffrent pas comme tout le monde, de se faire arracher en douceur. Non. Il faut une anesthésie générale et ouaip ! Ô braves gens, cela ne sera que la 26ème, avec tout le décorum, le grand jeu ! Il n’aime pas spécialement le Maître, et pourtant il est partant ! Pour ma part, visiter Arpajon… hum. Après avoir déposé le patient très patient dans sa chambre, je découvre les 200 mètres de la rue principale en total travaux, partout en Ile de France… partout !

Pour déboucher sur la place du marché et sa célèbre halle moyenâgeuse. Rue dans laquelle mon Bouzou défila et redéfila sur un char façon 2ème DB, quand il était bidasse, pour jouer les figurants sur le film « Paris brûle-t-il ? » de René Clément (déjà évoqué précédemment dans le Blog !)

Une grande place très semblable à beaucoup d’autres, avec leurs fameuses halles donc.

Une très belle et attirante pâtisserie boulangerie m’offre une inespérée terrasse.

Il fait frais à 8 h du mat ! Tant pis, je choisis un Opéra et un chocolat chaud. Aussi étrange que cela vous paraisse je resterais donc jusqu’à midi assise à cette terrasse. Un soleil encore d’hiver filtrant et suffisant à mon bonheur. Qui ne connaît pas le sentiment de « déjà vu » ? Pourtant cette matinée immobile me confortait dans ce sentiment, Tout d’abord cette place, tellement semblable à celle de Milly La Forêt. Plus grande certes, mais identique. Puis ce furent les gens. Au fur et à mesure des minutes, la vie reprenait enfin cours autour de moi. Des gens, le petit monde de cette ville. Et ces gens, il me semblait les reconnaître ! De ma place, que dis-je, mon observatoire, je pouvais emmagasiner nombres de visages au fil de la montre. Une boulangerie pâtisserie visiblement très prisée dans cette ville. Elle voit passer la population. En tout premier des personnes très, très âgées. Franchement, je n’exagère pas. Les personnes en grand âge et capables de marcher vont et viennent le matin. Petite parenthèse sur le pain. Une denrée essentielle, incontournable, vitale. Ce pain comme le symbole de celui que l’on a gagné toute sa vie. Celui qui a manqué, celui dont on a cassé la croûte entre copains… Oui, tant de symboles autour de cet aliment. Les gens âgés entrent et ressortent de ce bel et odorant endroit. Par contre, très vite, des travailleurs qui viennent à leur tour chopper un petit café et un croissant. Les ouvriers en tenue de boulot (ils refont la rue ceux-là et portent leurs couleurs de peau avec fierté ou leur teint de travailleurs d’extérieur… et c’est beau) Puis des petites dames qui retrouvent leurs copines devant un thé. Le type solitaire un peu paumé qui manipule son portable avec impatience.

Défilé incessant, ça marche fort pour ce commerce.

Je vois petit à petit les boutiques s’éveiller enfin autour de cette grande halle vide. Ouf !

Chaque heure ouvre sur d’autres chalands. Comme vers 11h 30, des étudiants, des dames pomponnées, charmantes pour déguster un petit sandwich bien appétissant ou une salade. Ils font de tout ici.

Pendant ce temps Bouzou s’est sans doute réveillé. J’attends son appel pour aller le retrouver. Encore un petit moment à observer. Un petit café quand même. Pas faim, j’ai en guise de victuailles les odeurs.

Midi. Ouf ! Appel. Ok j’arrive !

Je rentre remercier les adorables commerçantes qui m’ont laissée 4 heures à rêver à leur jolie terrasse.

Je découvre alors ce qui se cachait derrière les rideaux gris des devantures.

Ben, comme partout dans les villes de ce type, des boutiques de fringues désuètes et hors de prix.

Charcuterie, boucherie, décoration un peu passée, un opérateur téléphonique of course. Etc.

Tranquille, pas une voiture, seul le camion de travaux rose au nom bien singulier et pour lequel je ne peux faire l’économie de joindre sa photo !

On dit aussi que jamais le présent ne vous oublie. Dans cette petite rue, une maison médicalisée Alzheimer (je suis actuellement très concernée par cette maladie pour un membre proche de ma famille). Retour hôpital… Bouzou dans sa chambre, bon toujours les mêmes formalités de sorties des hostos. Retour at home. Pas trop dans les vaps l’opéré. Et n’a pas vraiment mal. Bien enflé quand même ! Il est costaud ! Autant pour le même motif quelques semaines auparavant j’avais eu très, très, très mal pendant 4 jours, avec juste une anesthésie locale. Autant lui, rien ou presque ! Ouf ! Bon voilà cela ne fut pas encore une journée très ordinaire !

Monique Bouzou


Au jour le jour : Bon appétit !

avril 11, 2019

Avec 3 antibiotiques en plus (because adieu mes quenottes !), voici le cocktail de ce matin ! Soit 12 médocs !

On peut en rajouter 6 le midi et 6 le soir, soit un total de 24 trucs par jour ! Le coup de la trithérapie pour le sida, ça me fait un peu rigoler !


Au jour le jour : 26ème anesthésie en 30 ans !

avril 9, 2019

On m’aura tout fait ! Cette fois-ci, arrachage délicat de 2 molaires, d’où hôpital en ambulatoire et le reste dans les vaps… Un aperçu du patient : avant l’opération et 3 heures après (avec la joue droite d’un hamster) Bon, comme d’habitude, même pas mal !


Au jour le jour : Reprise après gastro !

mars 27, 2019

Désolé pour ce silence depuis samedi dernier, bien contre mon gré, en raison d’une très sévère gastro : 4 jours à me vider par le haut et par le bas (je vous épargne les détails !) Résultat, une perte de poids de 3,5 kilos ce week-end, à peine compensée par la dialyse de lundi, puis une nouvelle perte de 3 kilos entre lundi soir et mardi soir. Bref, un état de faiblesse extrême, tous ces jours partagés entre toilettes et lit. Je reprends tout doux le cours normal aujourd’hui… vous m’avez manqué !


Au jour le jour : Les années cheveux longs !

février 26, 2019

Début des années 70, dans la forêt de Fontainebleau, avec le fiston David… avec une coupe bien à la mode ! Pas terrible avec le recul !

 


Au jour le jour : Les derniers avatars de Facebook !

février 14, 2019

« Message à Facebook

Pourrais-je connaitre les raisons qui font que, du jour au lendemain, tous mes posts Facebook se rattachant à mon Blog : bouzou.wordpress.com » se voient censurés avec la mention : « Cette publication ne respecte pas nos standards de la communauté, vous êtes donc la seule personne à la voir. » Cela fait des années que cela fonctionne sans aucun problème et mon Blog respecte tous les standards que vous avez définis ! De sérieuses explications et raisons sont souhaitables ! »

La première version de ce message citait le nom de mon Blog. Il s’est vu refuser son édition avec la mention : « This Post Can’t Be Edited

Posts that look like spam according to our Community Guidelines are blocked on Facebook and can’t be edited. »

La deuxième version après la suppression de ce nom est passée. C’est donc bien la référence de mon Blog qui est visée ! Affaire à suivre…