Dialyse song – Chapitre 7 : Spécial papilles gustatives !

juin 1, 2008

Boulettes de viande non identifiée et semoule avec une infime trace de ce qui a dû être de la sauce mais qui s’est liquéfiée au réchauffement !

Je jubile ! Je vais pouvoir, une fois de plus, bien charrier ma copine, car les boulettes, c’est tout ce qu’elle déteste !

Non, à vrai dire, ce n’est pas tout… en fait elle n’aime rien de ce qu’on nous sert ici ! C’est devenu un jeu entre nous… moi je mange de tout… elle fait la grimace pratiquement constamment !

Un peu difficile, la copine… je lui ai déjà dit que c’est parce qu’elle avait été fille unique un peu trop gâtée… n’avait jamais fréquenté les cantines scolaires, les colonies de vacances, les pensions ! Voilà le résultat : elle fait sa mijaurée !

Bon, ce n’est pas le Ritz, loin s’en faut, mais ce n’est pas non plus le tord-boyaux : de la bouffe de clinique, un peu insipide et aux portions congrues… mais mangeable quand même !

Bien sûr, le plus gros reproche c’est que les menus ne sont pas très variés : du poulet (et pas de Bresse) une à deux fois sur trois… de la viande redoutable pour les dents… accompagnés de deux cuillères de légumes quelquefois bien baignant dans la sauce ! Le sempiternel morceau de poisson (ne me demandez pas lequel !) du vendredi.

En guise de dessert, la plupart du temps, un mini fromage et un yaourt quasi journalier (bonjour le phosphore !) Une absence très remarquée de fruits. J’oubliai de parler du petit pain que je n’ai encore jamais vu frais…

C’est immanquable, grimaces et jérémiades à ma droite ! Les boulettes !

J’essaye de la consoler en lui disant qu’au moins nous avions la chance d’avoir droit à un repas pendant la dialyse car cela est loin d’être le cas partout ! Elle en convient et fait l’effort de goûter une « croquette » du bout des lèvres.

Pour le fun, je ne vous recommande pas de manger de la semoule avec une fourchette, à moitié allongé dans un lit ! Beaucoup de mes petits camarades en font la pénible expérience… ils n’auront plus qu’à se brosser à la fin de la séance !

Mon plateau est torché-nickel dans les dix minutes… j’ai la chance d’avoir gardé un bon coup de fourchette (quand le repas n’est pas trop copieux), pas comme beaucoup de mes camarades qui font de l’anémie ou qui ne supportent pas de manger pendant les séances à cause des malaises que cela leur provoque, ou tout simplement qu’ils ont tellement de poids à perdre qu’ils ne veulent pas en rajouter ! Certains plateaux repartiront donc à moitié pleins…

Le petit verre d’eau qui nous est chichement octroyé fait, en général, l’unanimité. Nous abordons là l’une des préoccupations les plus essentielles de tout dialysé : ce sentiment de soif permanent ! Le supplice de Tantale journalier… du liquide, il y en a partout… dans nos frigos, à nos robinets, à l’extérieur à la terrasse des cafés, dans les restaurants. On en peuple nos rêves de ces grandes lampées prises directement à la bouteille, de ces grands verres ras bord d’une boisson bien fraîche !

Au lieu de cela, juste un petit verre à chaque repas, une moitié de bol au petit déjeuner et, exceptionnellement, quand la soif se fait trop pressente, une mini goulée directement puisée à la bouteille !

Certains pensent remédier à cette soif inextinguible en suçant des glaçons, se disant que la quantité d’eau absorbée est plus faible qu’au verre… mais, un glaçon, c’est aussi de l’eau, même sous forme solide !

Alors, à chaque fois que l’on trempe ses lèvres dans une boisson quelconque, je vous certifie qu’on la déguste, sirote, en prenant tout son temps !

C’est pour ça que le petit café qui suivra ce repas frugal sera des plus appréciés ! Surtout qu’il est agrémenté par la distribution d’une douceur apportée par ma copine qui me materne à chaque séance ! Comme sa satisfaction gustative est loin d’être réalisée, elle compense cette frustration en apportant des gâteaux divers et variés, barres de chocolat et autres mignardises. Comme elle est de nature très partageuse, j’ai donc le plaisir d’en profiter à chaque fois… c’est-y pas mignon ?

Laissez moi deux minutes pour savourer la part de cake du jour, et rendez vous au prochain Chapitre…

Publicités