Dialyse song – Chapitre 18 : Fin de séance…

juin 1, 2008

L’intérêt de mettre en ligne, sur un forum, le présent feuilleton, c’est d’avoir, en temps quasi réel, des premières réactions de lecteurs. C’est, d’une part plutôt gratifiant, car jusque là, elles sont plutôt positives, et ensuite, cela permet de savoir si je vais dans le bon sens.

Ce qui revient le plus souvent, c’est que « cela sent le vécu », « on y retrouve pas mal de ce que l’on subit nous aussi », « c’est intéressant pour ceux qui ne connaissent pas la dialyse », « c’est plein d’optimisme et d’espoir», « le mec arrive quand même à t’arracher un sourire avec un truc pareil ! »

Bon… c’est plutôt sympa, non ? Que dire de plus ? Aucun commentaire…

Alors, il n’y a plus qu’à continuer !

Cette fois ci, ça y est… ça ne coule plus !

Je chope la première infirmière qui a une minute de libre, entre nettoyage et remontage de machines, pour me faire un joli bandage à l’ancienne… ma petite peau fragile ne résiste pas aux pansements ultra adhésifs contenus dans le set. J’ai droit, par-dessus de nouvelles compresses, à une petite bande qui, selon les jours et les disponibilités des stocks, sera soit discrète et légère, soit en Velpeau de tailles plus ou moins importantes. Même si le résultat n’est pas des plus discrets, cela a l’avantage de préserver mon épiderme et d’être plus sécurisant sur les fuites éventuelles !

C’est définitivement l’heure de la libération !

Plus qu’à me lever… récupérer mes chaussures sous le fauteuil… ça va, la tête ne me tourne pas. Je récupère mon stylo et, direction la balance pour voir si j’ai bien tout perdu ! Chance… aujourd’hui, je sors avec 200 grammes en dessous ! Plutôt mieux que l’inverse en cette veille de week-end ! Je me dis que j’ai de l’avance pour m’offrir un verre supplémentaire !

Je cherche mon classeur sur le comptoir des infirmières et j’y inscris mon poids de sortie. J’en profite pour regarder mon résultat de KT/V calculé par la machine et inscrit par l’infirmière : « 1,39 »… pas mal… bonne dialyse ! (le coefficient, significatif d’une « bonne » dialyse doit être supérieur à 1,2)

Je reviens vers mon fauteuil, récupère mes petites affaires et repars en saluant l’assemblée d’un : « Bonne soirée et bon week-end à tous et à toutes ! » Les réponses fusent en écho.

Je sors de la salle, passe par le hall où attendent certains de mes compagnons en mal de VSL ou d’autres patients déjà sur place pour la séance suivante. Un bonsoir général à tous, et me voilà dehors !

Et une de plus ! Tiens, faisons quelques calculs ! A raison de 3 séances par semaine, cela fait une moyenne de 13 par mois. Depuis deux ans et demi, j’en suis donc aux environs de 390… soit 780 ponctions, sans compter les ratés !

Cela laisse rêveur… mais que dire à côté de ma copine qui dialyse depuis 29 ans ! Heureusement que la peau a un certain pouvoir de régénération !

On peut aussi s’amuser à compter les heures passées à nous livrer à notre passe-temps, bien malgré nous, favori. A raison d’au moins 5 heures par jour de dialyse, tout compris, cela en fait déjà 1 950 ! Je vais m’arrêter là… ne pas vous donner le tournis !

Je monte dans ma voiture… aujourd’hui, ça va, elle n’est pas coincée par les ambulances et taxis en attente ! Direction la maison et une petite récupération dans un fauteuil plus confortable que le précédent.

Le petit plaisir d’après séance, c’est de grignoter quelques petits gâteaux secs, car la dialyse, ça creuse !

J’enlèverai la bande dans la soirée et cela marquera la fin de cette journée de dialyse.

Ouf ! Deux jours de repos en perspective ! Mais qu’est-ce que cela passe vite ! Notre notion du temps est totalement perturbée par cette routine répétitive. A peine a-t-on le temps de se changer les idées, il faut déjà remettre ça ! C’est sûr, difficile de mettre de côté cette foutue maladie… elle nous bouffe littéralement la vie… bien obligés de faire avec !